Le groupe qu’il vous faut

e4adff034f4e0f65193472e9b3122849.jpg

Le Groupe qu’il vous faut

Ils vont probablement changer votre vie ;)

Merci bien Squarespace. Si vous me suivez sur Instagram (comment ça, non ? Filez tout de suite sur Instagram suivre @surf.mamma pour régler ça) vous saurez que j’ai perdu la première version de cet article, suite à une sombre histoire de synchronisation entre l’app mobile et le site. J’ai presque pleuré. C’était pourtant un article que j’aimais bien, sur un sujet qui me tient à cœur, donc je m’y recolle, en espérant que cette nouvelle version soit encore meilleure !

On en a discuté ici, je suis convaincue qu’il est important de parler de ses projets, quelqu’ils soient, notamment entrepreneuriaux, MAIS qu’il est essentiel de le faire avec les bonnes personnes.

Désolée pour les amateurs, on ne parlera pas de ce genre de Mastermind ici…

Désolée pour les amateurs, on ne parlera pas de ce genre de Mastermind ici…

J’ai découvert le concept de groupe Mastermind grâce à des amies d’amies, qui ont créé et animé ce genre de groupe pendant trois ans. Cela m’a fait penser à la façon dont on travaillait à l’époque de LOUPP avec ma belle-sœur ; comment d’un simple co-home-working, nous avions bâti une relation constructive et bienveillante, nous permettant d’avancer efficacement sur nos projets de boîtes respectifs. Et figurez-vous que les groupes Mastermind, c’est cela, mais à pleins ! Je vous en dit plus ?

Un peu d’histoire pour commencer. 

Théorisé au début du 19ème siècle par Napoleon Hill dans ses livres The Laws of Success et Think and Grow Rich (sacrés programmes, n’est-ce pas ?), les groupes mastermind seraient derrière les succès business de personnes qui ont pas trop mal réussi comme Edison, Roosevelt ou encore Rockefeller. Si vous aimez vous plonger dans les belles histoires, je vous invite à visiter la page wikipedia du concept, et si vous avez VRAIMENT du temps devant vous, vous pouvez aller regarder PowerPoint un peu moche mais fort instructif de Jean-Marc Terrel sur le sujet :)


En quoi consistent ces groupes Mastermind ?

Mais entrons dans le vif du sujet. La définition officielle serait : “un groupe de 2 ou plus de personnes, qui travaillent en harmonie pour atteindre un objectif”. Il commence à y avoir pas mal de littérature en ligne sur ces groupes, bien que je n’ai pas l’impression que le concept soit encore très répandu en France. Vous connaissiez vous ? Quoiqu’il en soit, voici ci-dessous les grands principes et ce que j’en ai retenu :

  • Avoir quelque chose en commun : le but du jeu, c’est que les participants au groupe aient des choses à partager et puissent s’apporter mutuellement : un objectif de croissance du chiffre d’affaires par exemple, un mode de travail en free-lance, une étape de vie ou encore un secteur similaire… L’idée, c’est bien de mettre l’intelligence collective au service des problématiques de chacun. Ce n’est donc pas du coaching en groupe avec une personne qui donnerait des leçons aux autres.

  • Instaurer un bon climat (confiance, bienveillance…) pour favoriser le partage : pour que cela fonctionne, il faut que chacun se sente de raconter aux autres ses problématiques en confiance. La bienveillance est donc clé, cela va de soi. Idéalement, il est plus simple également d’éviter une concurrence directe entre les participants pour éviter tout espionnage industriel malvenu… Et enfin, se demander, dans le for de son intérieur, si l’on est capable de se réjouir de la réussite de l’autre ! « Rising tide lift all boats » comme dirait l’autre, cela a l’air évident comme ça mais.……

  • Ne pas être trop nombreux : un groupe mastermind ce n’est pas du networking. Vous n’êtes pas là pour engranger un maximum de cartes de visite (et les ranger dans votre truc qui roule comme les médecins des années 80) ni pour faire connaitre votre business à un maximum de personnes. Vous êtes là pour vous entraider sur des problématiques concrètes et variables dans le temps. Pour des raisons pratiques, déjà : si tout le monde doit partager ses avancées et difficultés à chaque réunion, et que vous êtes 30, vous voyez le topo ! Et évidemment, il est bien plus facile de trouver 5/6 personnes avec lesquelles on s’entend, qui ont des problématiques similaires, qui acceptent de se réunir régulièrement et de se faire confiance... BREF ! 5 ou 6 personnes me parait bien :)

engagez-vous.jpg
  • S’engager ! A mon sens, ce qui fait la réussite de ce genre de groupe, c’est avant tout l’engagement de chacun à participer et à se retrouver régulièrement. Ne serait ce que parce que vous aurez envie d’avoir avancé sur votre sujet avant la prochaine réunion (personnellement cela fonctionne trèèèèès bien). Pour la fréquence par contre, ne tuez pas dans l’oeuf l’initiative en cherchant à vous voir trop souvent dès le départ : les agendas de chacun sont ce qu’ils sont,... trouvez ce qui vous convient mais soyez réguliers (ou partagez entre deux rendez-vous via un groupe WhatsApp ?)

Et concrètement, on se dit quoi lors des réunions de groupe Mastermind ?

Chacun peut se créer ses petites règles mais les personnes que j’ai rencontré avaient un fonctionnement assez simple dans le leur, qui a duré près de trois ans : un tour de table où chacun partage avec les autres ses victoires (« wins »), ses difficultés (« struggles ») et une inspiration (films, articles, livre... n’importe !) et les autres aident à célébrer les réussites et résoudre les difficultés. Elles ont aussi essayé d’autres formats de temps en temps, pour changer un peu la routine, comme des topos présentés par l’une d’entre elles sur des sujets précis... Pourquoi pas des sorties de temps en temps ? A vous d’essayer différentes choses pour trouver ce qui marche pour vous !

A qui profitent le plus ce genre de groupES ? Comment créer votre groupe mastermind ?

Spontanément, je dirais que ce genre de groupe est parfait pour ceux qui travaillent seuls : qu’ils soient freelances ou solo-preneurs, notamment en début de projet pour rompre la solitude, et éviter ces moments où l’on est totalement bloqué, juste parce qu’on a personne à qui parler. Mais j’ai discuté avec des personnes à la tête de sociétés plus “vieilles” qui m’ont dit aussi être intéressés par le processus, pour traiter des problématiques spécifiques adaptées à leur niveau de développement. Bref, c’est un peu comme tout, il faut essayer pour trouver ce qui marche pour vous.

Je suis sûre qu’à la lecture de cet article, le nom de certaines personnes avec lesquelles vous vous sentez à l’aise vous sont venues à l’esprit. Appelez les ! Elles penseront peut être à d’autres personnes à ajouter au groupe pour vous faire découvrir de nouveaux horizons ?

Faites quelques premiers rendez-vous, soyez un peu tenaces au début et voyez ou ça vous mène !

Et Surf Mamma dans tout ça ?

Pour commencer, je trouve cette manière de fonctionner vraiment intéressante et surtout efficace ! J’ai à Bordeaux une version light de ce genre de groupe, et vous ne pouvez pas imaginer à quel point cela me fait avancer et m’aide à oser de nouvelles choses. J’avais donc envie de vous faire découvrir le concept, pour que l’on commence ensemble ici une petite collection d’outils inspirants et pratiques pour se jeter à l’eau ;)

Après, je ne sais pas encore très bien quel modèle, ou si modèle il y aura pour Surf Mamma. Je réfléchis à plusieurs options, mais je suis surtout intéressée par ce que vous en pensez : quelles seraient vos envies ? Vos besoins ? Utiliser Surf Mamma pour rencontrer de nouvelles personnes avec lesquelles vous pourriez commencer ? Vous donner juste les outils et vous vous débrouillez ? Vous aider à lancer un groupe en organisant et animant les premières rencontres ? 

Donnez-moi vos idées dans les commentaires, par mail (julie@loupp.co) ou sur Instagram (@surf.mamma)

Et si vous vous lancez dans l’aventure, je veux bien évidemment que vous me racontiez TOUT !

Et en attendant, je vous propose de regrouper les demandes (par exemple si vous cherchez des gens dans votre région et / ou secteur) et si je pense à quelqu’un je m’arrangerai pour vous faire vous rencontrer !

Last but not least

J’ai utilisé plusieurs ressources pour écrire cet article ... et je vous recommande d’y faire un tour pour aller plus loin :