La direction ou le sens ?

ad4037c70ad59fcc8144b9cd4f426b5d.jpg

Qui suis-je ? Où vais-je ?

Et vous ? Vous cherchez un sens à votre vie ?

Large sujet, l’Ikigaï pourrait peut être vous aider…

Surf Mamma (Je cherche un autre nom ou pas ? Je le trouve un peu discriminant mais vous me dites que vous l’aimez bien… Vous avez des idées ?) est une plateforme pour partager du contenu et créer du lien et des événements, avec un thème qui revient : se motiver à se jeter à l’eau, au sens propre comme au figuré ;)

C’est aussi un moyen pour moi de « créer le job de mes rêves » en expérimentant sans tabous toutes les choses que j’ai eu envie de faire par le passé (devenir journaliste, travailler dans l’événementiel, me mettre au surf…) mais que je me suis empêchée de faire, pour des raisons plus ou moins valables. J’ai le sentiment qu’un tel job devrait croiser mes talents (et pas forcément mes compétences) avec ce que j’aime faire mais aussi apporter quelque chose à la société, tout en rapportant de l’argent (quand même…)

Assez vite cependant, le besoin de SENS s’est fait sentir. Avoir une direction dans laquelle chercher, mais aussi s’assurer que tout cela n’est pas vain. Je crois comprendre que nous sommes pas mal dans cette situation et l’Ikigai pourrait, peut-être, nous aider. 


LA BOUSSOLE - première étape pour s’orienter

[Ne nous épargnons aucune métaphore filée lourdingue si vous le voulez bien ?]

Encore une fois grâce aux recommandations de Génération XX, j’ai passé le test La Boussole de Wake Up, école de développement personnel, pour devenir « entrepreneur de sa propre vie ». C’est un test de personnalité gratuit, en ligne, qui utilise les recherches en neurosciences, ainsi que sur la mécanique de l'esprit décrite dans les travaux du célèbre psychologue Carl Gustav Jung. A travers ses questions (environ 80), le test permet d’analyser les dimensions conscientes et inconscientes de notre psychologie. Je vous mets un extrait du site internet de Wake Up qui vous l’expliquera finalement mieux que moi : 

J’avoue l’avoir fait à 2 reprises (en juin et en septembre… celui de décembre ; je crois qu’ils se sont rendus compte que c’était toujours la même personne et je n’ai jamais reçu mes résultats). Ces résultats m’ont laissée perplexe : un mélange de choses sur ma personnalité dont j’avais tout à fait conscience (enthousiasme débordant quand le sujet m’intéresse, forte capacité de travail) et d’autres qui me paraissaient moins évidentes (leader d’équipes, moi ?). Ils s’accompagnent d’un graphique personnalisé pour visualiser vos talents. Dans mon cas - et dans les deux cas ;) -  une aiguille qui penche beaucoup plus vers les opérations et la créativité que vers la gestion et la stratégie. Peut-être bien que consultante en stratégie et CEO n’étaient donc vraiment PAS faits pour moi ? (ahahaha = rire nerveux après 11 ans d’expérience professionnelle) 

Mes résultats “Boussole” de juin et septembre.

Mes résultats “Boussole” de juin et septembre.

Si vous passez le test (ce que je vous recommande), vous recevrez ensuite une série de mails plutôt bien faits et inspirants sur les changements de carrière et l’importance de mieux se connaitre. Wake Up propose aussi des formations à Paris et un cours audio pour vous aider à mieux vous connaitre et trouver un job qui vous convient. J’aime beaucoup l’approche de Wake Up, leur ton et l’optimisme qui s’en dégage. J’aurais presque pu me laisser tenter par une de leurs formations (chères) mais elle ne sont pas encore déclinée en province. Je vais peut être acheter le cours audio, je vous tiendrai au courant.  


L’IKIGAI - Ou la raison pour laquelle nous nous levons chaque matin

L’un de ces fameux mails de Wake Up avait pour intitulé : « Julie, j’ai décodé votre Ikigaï pour vous 🕵». [Vous noterez au passage la qualité de l’automatisation / personnalisation mise en place par Wake Up ? Car à l’évidence le fondateur Sébastien n’avait pas pris sa plus belle plume digitale ce matin là pour m’écrire juste à moi…. Ce genre de petits détails optimisés me met toujours en joie, pas vous ?] 

Le fameux diagramme Ikigaï

Le fameux diagramme Ikigaï

Ce n’était pas la première fois que je croisais ce concept d’Ikigaï, avec notamment le fameux diagramme de Marc Winn qui l’accompagne régulièrement. Mais ce mail était si pertinent et a tellement résonné en moi (les constats et recommandations étaient vraiment adaptés à ma situation), que j’ai eu envie d’aller plus loin, et de partager tout ça avec vous. 

L’Ikigaï est donc un concept japonais qui associe la vie, le vivant (« iki ») avec le fruit, l’effet, la valeur, le bénéfice (« gai »). C’est un mode de vie qui consiste à accepter profondément ce que l’on est pour trouver notre raison d’être, la raison pour laquelle on se lève chaque matin. Professionnellement, l’Ikigai est un outil qui aide à faire le point sur votre situation et à identifier ce qu’il vous manque, pour trouver du sens au travail. Comme pour les groupes Mastermind , il y a énormément de littérature existante à ce sujet : des livres d’experts du concept aux sites de développement personnel et professionnel, en passant par les articles de Cosmo et le Monde ;)

Pour faire simple, votre Ikigaï serait l’activité qui croise ce que vous aimez, ce pour quoi vous êtes doués, ce dont le monde a besoin et ce pour quoi vous êtes payés. Il offre tellement de promesses - donner un sens à votre vie, tout de même ce n’est pas rien - qu’on a envie de « trouver le sien » là maintenant tout de suite ! Cette quête m’a paru en tout cas totalement adaptée à ma situation actuelle donc j’ai commencé à traquer les sites promettant de faire cela. 

« L’important, c’est le chemin, pas la destination »

Pénible cette citation, non ? Et pourtant…

Je n’ai pas trouvé une unique façon simple de trouver son Ikigaï. Je voulais que cela soit le sujet de l’article, il parait que les « How to » fonctionnent bien en plus, mais force est de constater : la réponse est ailleurs. Vous pouvez faire des formations payantes ou des ateliers, comme chez Wake Up, lire les livres sur le sujet directement en japonais, les articles précédemment cités, ou encore vous lancer tout seul avec le fameux diagramme - mais c’est assez difficile de s’y mettre je trouve. La motivation me lâche souvent quand je dois réfléchir face à une page blanche à ce que je fais bien. 

Mais miracle, j’ai commencé un excellent article des Nouveaux Travailleurs sur le sujet. Ils proposent une série d’exercices concrets, comme noter pendant un mois les activités qui vous ont fait perdre la notion du temps (le « flow »), les choses qui ont attisé votre curiosité mais aussi votre jalousie (!) pour vous aider à découvrir les différentes parties de votre diagramme, simplifiées pour l’occasion en votre « élément », votre « mission altruiste » et votre modèle économique.


En commençant les premiers exercices, j’ai réalisé plusieurs choses : 

  • C’est un long processus : l’ikigaï repose sur la bonne connaissance de soi, et apprendre à se bien connaître SANS BIAIS (c’est en majuscule car c’est le plus hardu) est vraiment difficile. Cela ne se fait pas en une après-midi (malheureusement). Sans biais cela veut d’abord dire en essayant de se libérer de la contrainte financière. Pas facile me direz-vous, mais je suis convaincue de la suite logique suivante : « je règle un problème que je connais » -> « d’autres ont forcément aussi ce problème » -> « si j’apporte une vraie solution à ce problème, je trouverai un moyen de la monétiser ». Sans biais, cela veut aussi dire se libérer du regard d’autrui : parents, amis, entourage, vieilles habitudes crasses ancrées dans notre cervelle… ! Bon courage ! Article du monde sur les biais

  • On avance en testant : et déjà cela, c’est amusant. Voire même très réjouissant ! En effet, le seul moyen de savoir si une activité est faite pour vous, c’est bien d’essayer un peu pour voir (sans forcément quitter tout de suite votre full time job qui nourrit vos enfants, on s’entend). Ce n’est pas toujours confortable, ni facile à expliquer aux autres, mais on a dit qu’on ne s’en préoccupait plus ;) et que peut vous apporter l’inaction après tout ? Rien. Expérimentez là où votre curiosité est piquée !

  • Peut être aussi que vous devrez recommencer plusieurs fois, avant de trouver, car il n’y a pas « un » ikigaï mais plusieurs, une somme de petites choses plus qu’une grosse vocation, qui peuvent changer au cours de la vie. Mais ces exercices permettent de se mettre dans une dynamique de connaissance de soi qui ne peut apporter que du bon à mon sens. 


Voilà !

Entre nous, en fonction des jours, je suis plus ou moins à l’aise avec cette méthode pour donner plus de sens dans ma vie. Cette phase sans véritable objectif (du style, je crée une marque de mode par ex.), autre que celui de mieux me connaitre n’est pas toujours confortable, je ne vous le cache pas. De temps en temps, j’ai aussi le mauvais réflexe de me comparer à d’autres qui me semblent avoir « plus » réussi, se posent moins de questions et savent spontanément où aller. 

Si vous êtes dans cette situation, je vous propose une petite citation de Steve Jobs pour finir qui m’aide beaucoup : « Connecting the dots can only be done backwards, you can’t do it forward » ou en français : le storytelling c’est pour les nazes ;)


Qu’avez vous pensé de tout cela ? Avez-vous eu envie de partir à la recherche de VOTRE ikiga¨? L’avez-vous déjà fait ? Racontez moi tout !

Pour ma part, je reviendrai sûrement vous parler des résultats de mes exercices quand je les aurai terminés ;)