L’étale

IMG_7595.jpeg

S’ARRÊTER Puis repartir

Comment gérer le doute ?

L’étale, c’est le moment où la mer est haute ou basse, un temps suspendu pendant lequel le niveau d’eau est stable, avant de repartir dans l’autre sens...

Depuis quelques temps (jours ou semaines ?) j’ai du mal à avancer sur Surf Mamma mais je ne sais pas pourquoi, ni comment débloquer la situation.

Est-ce lié au projet ? Ce que je mets dedans, le contenu, l’ambition ? Son manque de « succès » ou d’ampleur ? (« Pourtant les premiers retours sont là » ; « Ah déjà en si peu de temps » ?) 

Est-ce lié à moi, qui ne serait pas là bonne personne pour le mener (« Mais qui d’autre alors ? ») ou qui est tout simplement incapable de me contenter de ce que j’ai ? 

Est-ce que je doute parce que je me suis arrêtée ou parce que j’ai raison de douter ? Et dans le premier cas, comment repartir ? J’ai commencé le livre « Facile » d’Olivier Pourriol, lui même qui évoquait Stendhal et Alain et la nécessité d’écrire 20 lignes par jour vous vous souvenez ? Il introduit son propos par cette maxime : « d’abord continuer, puis commencer ». Mais continuer quoi ? Puisque je suis arrêtée… je ne comprends rien.

Est ce que c’est une phase normale (« Mais oui, tu le sais pourtant ! ») qu’il faut accueillir pour mieux repartir mais dans ce cas, dans combien de temps ? Quand démarre le nouveau train ? Quand passe le prochain vélo dont je pourrais « prendre la roue » ?

Ma mémoire me fait encore défaut mais je viens de me rappeler que, toujours au début de « Facile » ; on y parle d’être perdu dans la forêt et que le meilleur moyen pour s’en sortir est de marcher tout droit : on est pas sur d’arriver où on veut mais au moins on arrive quelque part.... c’est basique. Je me suis d’ailleurs toujours dit que si j’étais perdue en foret, BIEN SÛR que je ferais ça. Et on en revient à cette histoire de premier pas finalement ! 

Je vois bien qu’être dans l’inaction me rend (presque toujours) malheureuse et pour autant, j’ai parfois du mal à trouver l’énergie pour faire ce premier. Je me cache derrière la recherche / le manque d’une direction pour avancer mais est ce si grave ? Encore un dicton à la con mais le voyage compte plus que la destination non ? 


J’espère que ce texte est mon premier nouveau pas.


PS. Ce qui est sûr, c’est que je vais changer le nom du groupe. Plus ça va, moins le côté discriminant de « Mamma » me convient : vous êtes les bienvenues avec ou sans enfant, que vous vous définissiez en tant que maman ou pas, que vous ayez envie ou la possibilité d’en avoir ou pas : tout cela est votre histoire et votre choix, cela n’appartient qu’à vous et j’ai envie de faire votre connaissance et vous accueillir dans notre groupe dans tous les cas ! J’attends donc vos suggestions de nom sans plus tarder !

PS2. Merci aux autrices des phrases en italique et entre guillemets qui se reconnaîtront. Ce Board Fabuleux m’apporte tant. Merci d’être là les filles.